DORIS I



Doris

Type
Sous-Marin de moyenne patrouille à double coque
Plans Loire-Simonot
Dans la série
Q-125 : Circé
Q-126 : Calypso
Q-134 Thétis
Q-135 : Doris
Sous-Marin
Q-135
Mise en chantier
03 Juillet 1923
Mise sur cale
01 Février 1924
Lancement
26 Novembre 1927
Armement pour essais
01 Août 1927
Mise en service
26 Mai 1928
Chantiers de Construction
Schneider Bordeaux
Déplacement
615 tonnes en surface
776 tonnes en plongée
Longueur
62,48 mètres
Largeur
5,40 mètres
Propulsion
2 diesels Schneider de 625 cv
2 moteurs électriques de 500 cv
2 hélices
Gas-Oil
54 m³
Vitesse en surface
14 nœuds
Vitesse en plongée
7,5 nœuds
Armement
7 tubes lance-torpilles de Ø 550mm (3 AV dont 2 extérieurs + 1 torpille de réserve et 2AR, 1 tourelle double orientable)
1 canon de 100mm
1 mitrailleuse A.A. de 13,2mm
Rayon d'action
3500 nautiques à 7,5 nœuds
Immersion
80 mètres
Équipage
3 officiers + 38 hommes
Commandants
Lieutenant de Vaisseau André PERGEAUX du 04 Septembre 1937 au 05 Juin 1939
Capitaine de Corvette Jean FAVREUL du 01 Août 1939 au 08 Mai 1940

Doris


- Le 01 Septembre 1939, la "Doris" fait partie de la 13ème D.S.M. de la 5ème Escadrille de la 1ère Flottille de la 2ème Escadre à Toulon avec la "Thétis", la "Circé" et la "Calypso".
- Dans les premiers jours d'Avril 1940 les Alliés prévoient une intervention contre la Norvège afin d'interdire le passage du minerai de fer suédois entre Narvik et l'Allemagne.
- Trois divisions de sous-marins français sont basées dans le Nord des îles britanniques, placées sous le commandement opérationnel du Vice-Amiral Sir Max HORTON, celles-ci sont divisées entre les ports de la mer du Nord de Dundee et Harwich.
- Les quatre sous-marins de la 2ème Division sont basés à Dundee pour patrouiller en mer de Norvège et les huit de la 13ème et 16ème Divisions, y compris la "Doris", l'Amazone et le ravitailleur de sous-marins "Jules Verne" sont affectés à Harwich pour patrouiller dans la baie d'Héligoland et le Sud de la mer du Nord.
- Dans le cas d'une attaque allemande sur le Danemark et la Norvège le 9 Avril 1940, les alliés donnent aux sous-marins français une mission encore plus urgente que ce qui a été initialement prévu.
- Le 19 Avril 1940, la "Doris" part pour sa première patrouille de guerre vers Héligoland malgré un problème sur le compresseur de son diesel bâbord qui l'oblige à rentrer à Harwich pour y effectuer des réparations.
- Les limites des installations disponibles pour les français à Harwich obligent ces derniers à tenir compte en grande partie du "Jules Verne" et des pièces de rechange envoyées de Cherbourg. Cela a sans doute contribué à ce que ces réparations n'ont jamais entièrement effectué.
- Lorsque l'on a cru imminent que les allemands allaient envahir la Hollande le 06 Mai 1940, HORTON donne l'ordre à toutes les unités disponibles de prendre la mer et l'après-midi suivant la "Doris" appareille d'Harwich en compagnie du H.M.S. "Shark" et de l'Amazone de la 16ème Division.
- Leurs ordres est de rejoindre dix autres sous-marins - quatre Français, quatre Britanniques et deux Polonais - pour former une ligne de patrouille au large des côtes hollandaises où des U-Boote semblent opérer.
- En fait, la zone de patrouille assignée à la "Doris" coïncide avec celle de l'U-9 (Oblt.z.S. Wolfgang Lüth) qu'il lui avait été attribuée au départ de Kiel le 05 Avril 1940.
- Le fait que les Allemands avaient cassé plusieurs fois les codes opérationnels et administratifs de la Royal Navy suggère que cette disposition peut ne pas avoir été une coïncidence.
- Quel que soit le cas, peu avant minuit le 08 Mai 1940, l'U-9 aperçoit la "Doris" à l'Est et commence immédiatement à manœuvrer pour lancer une attaque.

copy; A.G.A.S.M.
- Attaque de l'U-9 -

- Bien que la date du naufrage est souvent donnée comme le 09 Mai (Extrait du KTB de l'U-9), le chronométrage de l'Amirauté britannique à laquelle la "Doris" était sur le plan opérationnel rattaché (22h15) et celui de la marine Français (23h15; "Amazone" 23h18) place sa perte résolument le 08.

- Le KTB à part, les dernières minutes de la "Doris" nous sont perdues et il n'y a aucune indication qu'elle a jamais été alertée de la présence de l'U-9.
- Même si cela avait été le cas, les chances auraient été contre le Capitaine de Corvette Jean FAVREUL dont les ordres d'engagements du Vice-Amiral HORTON le contraignaient de n'attaquer tout navire avant qu'il ne soit formellement identifié comme ennemi.
- Ces restrictions sont dues non seulement au nombre de bâtiments neutres dans le voisinage, mais aussi aux deux sous-marins polonais ("Orzel" et "Wilk") opérant dans ces eaux aux côtés des alliés ainsi que les bateaux encore neutres de la Marine Royale Néerlandaise basés à Den Helder.
- En tout état de cause, la "Doris" a eu évidemment la fin immédiate et terrible décrite dans le KTB de Lüth.
- Elle était attendue à Harwich à 15h00 le 13 Mai 1940 et quand les messages lui demandant de confirmer son heure d'arrivée sont restés sans réponse on a craint le pire.
- Déjà le 09 Mai un communiqué allemand avait annoncé le naufrage d'un sous-marin Allié en Mer du Nord et le 15 HORTON donné son avis en disant que la "Doris" a été probablement coulé par une torpille d'un sous-marin allemand.
- Cependant, comme elle patrouillait dans une zone connue pour être minée sa perte dans cette forme de guerre sous-marine a été officiellement supposée jusqu'à ce que la preuve du contraire avec l'accès aux dossiers allemands après la guerre ait prouvé le torpillage de la "Doris".



Fin de la Doris I

- Ceci, cependant, n'est pas tout à fait la dernière fois que l'on parle de la "Doris". En Juin 2003 des pêcheurs signalent avoir perdu leurs filets sur une épave inconnue, deux plongeurs néerlandais marquent la position à trente-cinq nautiques près de Den Helder. Ils y trouvèrent, en vingt-six mètres de profondeur, l'épave brisée de la Doris, identifiable par une inscription portant son nom sur un éclat de métal trouvé près du reste du massif. Cette identification a été confirmée par le dragueur de mines français "Cassiopée" en Novembre de cette même année et un service de souvenir s'est tenu sur le site le 16 Juillet 2004. L'analyse de l'épave non seulement a confirmé un coup sur l'arrière du massif, mais a révélé une détonation secondaire de torpille dans le milieu du bateau, à laquelle le KTB de Lüths apporte confirmation. En outre, l'orientation du bateau - pointant au Nord-Ouest - non seulement confirme les observations de Lüths mais suggère que la "Doris" se dirigeait vers sa zone de patrouille s'en étant égarée à deux nautiques au Sud au moment de l'attaque. Le canon de 75mm a été récupéré et envoyé à Brest pour restauration.


Position du naufrage de la Doris I
- La position du naufrage donnée par différents ouvrages -

- La "Doris I" a coulé à 52°47'N 03°49'E (carreau AN 8511). (Rapport de la "Cassiopée")


Position du naufrage de la Doris I
- La vraie position du naufrage -

- Le 28 Novembre 2004, une cérémonie a lieu dans la cour de la B.O.F.O.S.T. pour rendre hommage à l'équipage de la "Doris" disparu le 08 Mai 1940.
- Le canon de la "Doris" est présenté lors d'une exposition.

© Claude Rogel
- Le canon de 75mm -





gauche

Homepage