BÉVEZIERS



Béveziers

Badge du Sous-Marin Béveziers


Type
1500 tonnes - Sous-Marin à double coque
Dans la série
Type M-5
Q-136 : Redoutable
Q-137 : Vengeur

Type M-6
Q-138 : Pascal, Q-139 : Pasteur, Q-140 : Henri-Poincaré, Q-141 : Poncelet, Q-142 : Archimède, Q-143 : Fresnel
Q-144 : Monge, Q-147 : Achille, Q-148 : Ajax, Q-149 : Actéon, Q-150 : Archéron
Q-151 : Argo, Q-153 : Prométhée, Q-154 : Persée, Q-155 : Protée, Q-156 : Pégase
Q-157 : Phénix, Q-167 : L'Espoir, Q-168 : Le Glorieux, Q-169 : Le Centaure, Q-170 : Le Héros
Q-171 : Le Conquérant, Q-172 : Le Tonnant, Q-178 : Agosta, Q-179 : Béveziers, Q-180 : Ouessant
Q-181 : Sidi-Ferruch, Q-182 : Sfax, Q-183 : Casabianca
Sous-Marin
- Q-179 - Tranche 1930
Programme Naval N° 149
Mise en chantier
01 Janvier 1931
Mise sur cale
04 Janvier 1932
Lancement
14 Octobre 1935
Armement pour essais
01 Janvier 1936
Essais officiels
08 Avril 1936
Entrée en armement définitif
15 Août 1936
Fin armement
Janvier 1937
Mise en service
04 Juin 1937
Chantiers de Construction
Arsenal de Cherbourg
Déplacement
1570 tonnes en surface (1560 selon une autre source)
2084 tonnes (2060 selon une autre source)
Longueur
92,30 mètres
Largeur
8,20 mètres
Tirant d'eau
4,70 mètres
Coque épaisse
Entièrement rivée
Épaisseur : 16 mm
Moteurs
2 diesels Schneider 8 cylindres à 2 temps d'un total de 6000 CV
2 moteurs électriques Alsthom d'un total de 2000 CV
2 hélices de Ø 2,60 mètres
Gas-Oil
230 m³
Batteries
320 accumulateurs
Vitesse en surface
17 nœuds
Vitesse en plongée
10,20 nœuds
Armement
9 tubes lance-torpilles de Ø 550mm (4 AV, une tourelle triple orientable à l'ARR du kiosque et une tourelle quadruple à l'extrême ARR composée de deux tubes de Ø 550mm et deux tubes de Ø 400mm)
Deux torpilles de réserve de Ø 550mm
1 canon de 100mm du modèle SM1925 CA juste devant le kiosque. (200 obus de réserve). Cadence de tir : 8 coups/minute
1 affût double de mitrailleuse de 13,2mm modèle SM14 à l'arrière du kiosque
Rayon d'action
14000 nautiques à 7 nœuds en surface
97 nautiques à 5 nœuds en plongée
Immersion
80 mètres
Prise de plongée en 50 secondes
Endurance (jours)
30
Équipage
71 hommes (5 officiers, 14 officiers-mariniers, 52 quartiers-maîtres et matelots)
Commandants
Lieutenant de Vaisseau NICOLAU
Capitaine de Corvette LANCELOT
Lieutenant de Vaisseau RICHARD


© Du Nautilus au Redoutable
Plan du Pascal (Tiré de l'ouvrage Du Nautilus (1800) au Redoutable - Henri Le Masson)



Quelques notes :

- Un arrêté prévoit en 1937, une croisière jusqu'en Argentine pour le "Béveziers", l"Agosta", le "Fresnel" et l"Achéron".
- Le 23 Décembre 1937, le "Béveziers" accompagné de l"Agosta" arrive à Fort de France lors de sa croisière d'endurance.
- Le 01 Septembre 1939, le "Béveziers" fait partie de la 1ère Escadre à Brest (4ème Escadrille, 8ème D.S.M.)
- Fin Décembre 1939, il se trouve avec l"Agosta" aux Antilles et participent à la recherche du ravitailleur allemand "Altmark".
- En Février 1940, l'Amirauté sur demande anglaise affecte à une escorte de convoi vers l'Europe le "Béveziers et le "Sidi-Ferruch" qui doivent revenir des Antilles.
- Le 21 Juin 1940, il réalise sa dernière sortie avant l'armistice depuis Casablanca au Nord des Canaries suivant un renseignement signalant la présence possible d'un sous-marin italien. Le "Finzi" se rend au large des Canaries.
- Le 25 Juin 1940, le "Béveziers" se trouve à Brest avec le "Sidi-Ferruch". Ils font partie de la 8ème Division des sous-marins.
- Le 04 Juillet 1940 au soir, le "Béveziers" et le "Sidi-Ferruch", choisis pour leur bon état matériel, quittent Casablanca pour Dakar où ils arrivent le 09 juste après l'attaque anglaise.
- Le 22 Juillet 1940, le "Béveziers" part pour une patrouille autour de Dakar.
- Le 25 Juillet 1940, il appareille pour Douala où il reste du 01 au 03 Août 1940, pour mission de s'opposer à l'installation en A.E.F. des forces britanniques, il n'y trouve aucun bâtiment britannique. Il revient ensuite à Dakar le 21 Août 1940, après une escale à Libreville, Pointe-Noire et Konakry (escale du 02 au 18 Août 1940).
- À son retour à Dakar, le "Béveziers" a besoin de réparations. Il est relevé par l"Ajax" (Capitaine de Corvette GUIMONT) de la 6ème D.S.M..

© E.C.P.A.
Le Capitaine de Corvette LANCELOT avec son second le Lieutenant de Vaisseau JODON

- Le 08 Août 1940, l'Amirauté fixe la nouvelle organisation de la Marine (Mers-el-Kébir a été attaqué le 03 Juillet 1940). Le "Béveziers" et le "Sidi-Ferruch" sont provisoirement détaché en A.O.F..
- En Septembre 1940, le "Béveziers" se trouve toujours à Dakar. Il y est encore en réparations. Marine-A.O.F. décide de le conserver à Dakar et de lui faire subir sur place un petit carénage, qui le rend indisponible jusqu'au 20 Septembre.
- Le 23 Septembre 1940, la Force M anglaise parvient devant Dakar sans être repéré, le "Béveziers" est alors échoué au bassin pour réparation d'une avarie sur une des barres de plongée et à son Diesel bâbord en cours de démontage.
- Le 24 Septembre 1940 à 05h00, il appareille avec un seul moteur, la coque encore peinte au minium. L'officier en second a pu faire embarquer 180 m³ de gazole la veille. À 05h37 il plonge dans le Sud de l'île de Gorée. Il se poste, avant l'aube, sur la route où l'on a observé, la veille, que les cuirassés anglais se tenaient pendant qu'ils bombardaient Dakar (à 10 nautiques dans le Sud de Dakar). À 06h50, il LANCELOT aperçoit un cuirassé à 8000 mètres dans le Sud. Il est attaqué trois fois par des avions sans succès et ne peut tenir sa position. À 17h00, il s'amarre au wharf de l'île de Gorée.
- Le lendemain, il appareille à 05h00 pour le même secteur. À 09h00, il décoche une gerbe de quatre torpilles à 2500 mètres sur le cuirassé H.M.S. "Resolution" (Classe "Revenge"), déjà touché quatre fois la veille par des tirs de batteries côtières. Le cuirassé est atteint à l'avant par une seule torpille; la brèche est énorme, 15 mètres sur 9, une chaufferie et de nombreux compartiments sont noyés. C'est avec la plus grande peine qu'il atteint Freetown, avec une gite de 12°, d'où il ralliera les États-Unis pour plusieurs mois de réparation.
- Le "Béveziers" rentre victorieux à Dakar à 12h00, après avoir subit quand même une attaque du destroyer H.M.S. "Foresight" qui l'a même signalé coulé !!! Les Anglais abandonnent leur action sur la base.
- Le 28 Octobre 1940, selon l'instruction 2203 FMF 3, la constitution des Forces Maritimes Françaises est fixée. Le "Béveziers" est affecté au Maroc à la 2ème D.S.M..
- Le 30 Octobre 1940, il appareille de Dakar pour Libreville (Gabon), afin de relever le "Poncelet" en A.E.F..
- Le 10 Novembre 1940, le "Béveziers" en transit vers Libreville, apprend le ralliement du Gabon. Il interrompt sa mission et rallie Cotonou (Bénin) où il arrive le 18 Novembre 1940. Le lendemain, il est à Lomé (Togo) et à Tabou (Côte d'Ivoire) le 23 Novembre 1940.
- Le 28 Novembre 1940, il rentre à Dakar. Il a parcouru alors 4430 nautiques en 29 jours de mer.
- Le 09 Décembre 1940, il quitte Dakar pour Toulon en vue de son désarmement...
- En Janvier 1941, il est à Casablanca. La 2ème, 3ème, 16ème et 17 D.S.M. effectuent la surveillance au large des côtes du Maroc.
- Le 12 Novembre 1941, il fait partie du groupe de relève de Toulon.
- Le 03 Janvier 1942, il appareille de Toulon pour Diégo-Suarez. Il est en escale à Casablanca du 07 au 11 Janvier 1942 et à Dakar du 14 au 13 Février 1942. Pendant cette période, il participe aux patrouilles du dispositif de défense.
- Il quitte ensuite Dakar en compagnie de l'aviso colonial d"Iberville" (Classe des 2000 tonnes) et du cargo "Condé" avec comme chargement 3000 tonnes de charbon allemand destiné au "Wartenfels" bloqué à Diégo-Suarez.
- Le "Béveziers" parvient le 14 Mars à Fort Dauphin et il est à Tamatave trois jours plus tard et entre à Diégo-Suarez le 19 Mars 1942.
- Le 06 Avril 1942, il appareille pour Djibouti avec l'aviso colonial "Bougainville" qui a embarqué 1050 tonnes de vivres.
- Le 17 Avril 1942, il quitte Djibouti, avec le "Bougainville" (avec 500 passagers) pour Madagascar.
- Le 25 Avril 1942, il est de nouveau à Diégo-Suarez.
- Le 05 Mai 1942 à l'aube, des forces britanniques débarquent en baie de Courrier pour prendre Diégo-Suarez dans le but officiel d'éviter l'investissement par les forces japonaises. Le groupe de porte-avions, le H.M.S. "Illustrious" et le H.M.S. "Indomitable", eux sont positionnés à 30 nautiques dans l'Ouest du Cap d'Ambre. - À 03h44, six "Swordfish" armés de torpilles, six "Swordfish" armés de grenades anti-sous-marines, six "Swordfish" armés de bombes et huit "Martlet" pour les escorter décollent du H.M.S. "Indomitable" pour attaquer les sous-marins qu'ils pensent être à Diégo-Suarez. - À 05h00, un ultimatum ("Reddition sans condition") est lancé par un des appareils. Ne trouvant les sous-marins les "Swordfish" lancent des torpilles sur le "Bougainville" et des bombes sur le d"Entrecasteaux".
- Le "Bévéziers", accosté à la jetée d'Antsiram est en train de culer à 05h55. Il est attaqué à la bombe et des grenades sous-marines par trois "Swordfish", gravement touché à 06h17 il chavire. Il coule par un fond de 12 mètres. Huit victimes sont à déplorer.
- Tout l'équipage se retrouve à terre et participe à la défense de la base.



- Cité de même, le Lieutenant de Vaisseau AUGÉ, officier en second, l'Enseigne de Vaisseau BERNOLLIN, «volontaire pour toutes les missions», l'ingénieur mécanicien PONCET, l'Enseigne de Vaisseau GIRARDON, «tué glorieusement à la tête de ses hommes».
- Les mêmes termes de «rare vaillance» se retrouvent dans les citations de l'équipage, qui compta cinq morts et de nombreux blessés, tous ayant «combattu pendant deux jours avec une héroïque vaillance, ne cessant le feu qu'après avoir épuisé tous les moyens de défense».
- Au cours de l'été, il est renfloué par les britanniques et il est transféré au F.N.F.L., mais il ne reprendra jamais la mer, faute de pouvoir être remis en état. Du matériel est prélevé pour grossir les maigres stocks de pièces détachées.

Liste des disparus

Second-Maître CASTEL Edmond
Matelot CHERON Robert
E.V.1 GIRARDON Pierre
Quartier-Maître GRILLAT Jean
Quartier-Maître GUILLOUX Ernest
Maître LE DREFF Yves
Matelot SELLIN Joseph
Premier-Maître SENECHAL Jean


Sources : "Les sous-marins français 1918-1945" de Claude Huan chez Marines éditions.
               "L'Aventure Héroïque des sous-marins Français 1939-1945" de Jean-Jacques Antier chez Editions Maritimes & d'Outre-Mer. (Pages 196 à 210)
                Magazines "Plongée" annuels de l'A.G.A.S.M.



gauche

Homepage